• ERTV à l’audience d’appel du procès Klarsfeld contre Alain Soral


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Par: Pieds Noirs 9A..

    Article N°3185 du 23 novembre 2017

    La France le devient !.

     

     

    Un responsable du CFCM demande 2500 lieux de culte en plus pour les musulmans .

    Vous voyez !. C'est ça qu'ils veulent implanter la religion musulmane, la charia ,leurs mœurs contre culture chez nous en France et ça sera la soumission de ce gouvernement de leur construire au frais des contribuables de très belle mosquée cathédrale chez nous en France et n'oubliez pas une chose une très grande majorité de Français est responsable de ce grand changement multiculturel et de l'islamisation de la France voulut pas nos chers politiciens de droite comme de gauche Française ...

    Il y a 18 000 mosquées en Algérie (Huffington post, 18/05/2015) pour 40 610 000 habitants, soit une mosquée pour 2 256 Algériens. En France, le nombre de musulmans est estimé à 4 710 000 (Etude du Pew Research Center, 2010) pour 2 449 mosquées (Ministère de l’Intérieur, 2012), soit une mosquée pour 1 923 individus de religion islamique. Notre pays comporte donc déjà plus de mosquées eu égard au nombre de musulmans que l’Algérie.
    Géraldine Smith, dans son livre « Rue Jean-Pierre Timbaud » raconte « le déploiement rituel des prières de rue dans son quartier alors même que la mosquée est à moitié vide ». (Marianne, 17/11/2017).

    Le 14 novembre 2017, TF1 révèle que des musulmans participant aux prières de rue à Clichy ne veulent pas aller prier dans la mosquée de 2 000m2 présente dans la ville.
    En mai 2016, Rémi Muzaeu, le maire LR de Clichy où se sont déroulées des prières de rue avait mis à disposition des fidèles un centre cultuel et culturel rue des Trois-Pavillons, situé à 1,5 kilomètre du centre-ville de Clichy-la-Garenne. Ce lieu comporte notamment deux salles de prière qui peuvent chacune accueillir 700 personnes. La mairie a admis également avoir proposé l’installation d’une salle de prière complémentaire sur un terrain municipal, « sans recevoir aucune réponse » de l’association islamique UAMC. Cependant, les fidèles estiment que la mosquée proposée est trop éloignée et trop petite pour accueillir tout le monde et exige « un terrain adapté avec option d’achat pour pouvoir installer un lieu de culte durablement » (17/11/2017, RTL Actu).

    Le porte-parole de l’association de La Grande Mosquée de Clichy reconnaît lui-même que les participants aux prières de rue ne viennent pas tous de Clichy : « Il y a un réel mouvement de solidarité » (31/03/2017, Le Parisien). Le but : gonfler les chiffres afin d’exiger de nouvelles mosquées toujours plus grandes.
    En Algérie ,il yen a pas autant !...

    Signalons aujourd’hui à Mr Boubakeur que les chrétiens d’Orient sont massacrés et leurs lieux de cultes brûlés et, aux portes de la France, les chrétiens de Kabylie sont persécutés par un pouvoir arabo-islamique, ils sont pourchassés même dans leurs maisons transformées en lieux de rencontre et de prière...

    Dans l’histoire des transformation des lieux de culte,la basilique Sainte-Sophie, église d’Istanbul reconvertie en mosquée au XVe siècle est l’un des exemples les plus connus et qui marquera la transformation de tout un pays et la reconversion de tout un peuple !...

    Aussi petit détail ,un tout petit !
    Mosquée géante à Cologne, symbole de la domination islamique ,dont un pouvoir a prévoir en place par la voie de l'Islam Une mosquée monstrueuse en plein cœur de Cologne. Son minaret de 30 mètres et sa forme massive dominent la ville et se veulent les nouveaux symboles de la domination islamique dans le pays...

    Et le pire ,en Algérie ,il nous on détruit les églises chrétiennes, comme ils le feront demain en France ...

    Pieds Noirs 9A..


    votre commentaire
  • Les tribulations de Madame Hidalgo

    Sale temps pour Anne Hidalgo et son équipe. Ce lundi 21 novembre, l’opposition municipale a soumis au Conseil de Paris ce qu’elle considère être un conflit d’intérêts majeur pour Bruno Julliard, premier adjoint à la mairie et proche de Mme Hidalgo. Simultanément, celle-ci est également accusée d’avoir bénéficié d’un emploi fictif pendant deux longues années, qui lui aurait rapporté plus de 100.000 euros.

    Ils avaient pourtant cru pouvoir échapper au scandale. Contacté à l’improviste par le magazine Challenges, Paul Le Goff avait préféré prendre les devants et déclarer : « Je démens absolument que Noctis m’ait embauché en contrepartie de l’attribution par Bruno du Showcase ». Pour comprendre cette excuse non demandée, il faut avoir en tête que c’est l’époux de Paul Le Goff, Bruno Julliard, qui attribue les concessions de nombreux lieux de fêtes disponibles dans l’espace public.

    Or, Paul Le Goff a été embauché par Noctis au mois d’août comme conseiller juridique, soit au même moment où cette société, « empire de la vie nocturne parisienne », gagnait l’appel d’offres pour la gestion de l’espace situé sous la culée du pont Alexandre-III, où se tenait jusque-là le Showcase, célèbre boîte de nuit de la capitale.

    Pour l’opposition municipale, le conflit d’intérêts paraît simplement « évident », et ce, malgré les curieuses tentatives d’explication de M. Le Goff. En effet, s’il avance parfois des arguments d’ordre procédurier (comme lorsqu’il affirme que son cas « a été soumis à la Haute Autorité de la transparence »), il tente aussi maladroitement de faire pleurer dans les chaumières sur sa situation professionnelle : « Il faut bien trouver du boulot », affirme-t-il.

    C’est vrai que les temps sont durs pour tout le monde… Sauf, peut-être, pour le nouvel employeur de M. Le Goff : le groupe Noctis réalise un chiffre d’affaires de 70 millions d’euros par an, et ce ne sont pas les activités qui manquent. Car il paraît qu’on organise désormais toutes sortes d’événements dans l’ancien Showcase, notamment, fin octobre, une soirée libertine très particulière, « dans la lignée des soirées berlinoises SM les plus hard et les plus déjantées », lit-on dans Challenges. Heureusement que l’on peut compter sur Bruno Julliard et son mari pour offrir aux Parisiens ce type de soirées fort divertissantes, le tout dans le cadre de la politique culturelle de la municipalité.

    Alors, bien sûr, Paul le Goff doit « trouver du boulot » : il n’est pas le seul, certains essayent même d’en trouver deux, ou disons qu’ils essayent de toucher deux salaires. Ainsi, en octobre dernier, Capital avançait que le maire de Paris aurait bénéficié, de 2001 à 2002, d’un emploi fictif au ministère du Travail pendant qu’elle était première adjointe de Bertrand Delanoë. 

    Le 7 novembre dernier, Le Canard enchaîné confirmait ces informations et les documents révélés par Capital, en précisant que les montants alors perçus par Mme Hidalgo atteignaient les 116.000 euros. Selon le magazine économique, « après avoir été élue première adjointe de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris en mars 2001, Anne Hidalgo a continué de se faire payer pendant des mois par son administration d’origine, le ministère du Travail ». Grâce à la mobilisation du syndicat SUD Travail, le ministère avait fini par demander à Mme Hidalgo qu’elle rende les sommes indûment perçues – ce qu’elle finira par faire partiellement.

    En tout, l’édile parisienne aura remboursé 21.659,05 euros, ce qui laisserait un solde en sa faveur d’environ 100.000 euros. Une belle somme, qu’elle pourra peut-être utiliser pour venir en aide au brave M. le Goff, qui avait tant trimé pour s’insérer sur le marché du travail.

    Gilbert Meurice

    Source : http://bvoltaire.com


    votre commentaire

  • votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires