• Boumédienne à Vécu Comme Un Roi

    Par :Pieds Noirs 9A..

    Recherche politique du monde arabo-musulmans 

    Boumédiène a vécu Comme un Roi...

    Le Fruit D'une Révolution Confisqué 1962

    Boumédienne à Vécu Comme Un Roi

    Il à Vécu Comme Un Roi Ni Élection Ni Opposition Ni Association Une Dictature Absolue.

    Et pourtant, il a hérité un pays déjà construit par la France ,un pays moderne, qu'il a détruit au fil du temps...

    Said Bougherara Boumediene lui-même a été manipulé. Il a comme Ben Bella été utilisé par De Gaulle et Nacer , avec l'aide des DAF et les forces locale , ils ont pris le pouvoir par la force , en tuant les véritables révolutionnaires , à commencer par Abane , et en vendant Amirouche , Elhouas et Benmhidine , en condamnant à mort Chabani et en tuant Khider et Krime . Le dernier, c'est Boudiaf . Boumediene lui-même à été victime de ses compagnons, dans son dernier discours , il a parlé du fil qui nous rattache durant 14 siècles qui est coupé et que chez nous en parle deux langues . Cela lui a coûté la vie, tué par ses compagnons !

    Pieds Noirs 9A..

    Boumédienne à Vécu Comme Un Roi


    votre commentaire
  • L'ignorance des Français ...

     

    L'ignorance des Français ...

    Un grand nombre de gens en France semblent ignorés et persuadés d'être à l'abri de la barbarie et de la guerre civile, grâce aux politiques qu'ils soutiennent depuis des années. Parce qu'on leur a appris à le faire, pour avoir la paix et que rien se passera en territoire Français, qu'on leur répète tous les jours que c'est formidable, tout est beau, voilà les vacances, tout est parfait ...

    L'ignorance des Français ...

    Je dis depuis quelque temps déjà, que leur modèle est justement le cheval de Troie par lequel nos civilisations ont le plus grand risque de périr, les loups ont passé les frontières sans se soucier, d'avoir le bon accueil et de pouvoir se ravitailler dans les bergeries du terroir, ses loups s'y entrent confiants de pouvoirs être à leur aise
    Il y a des jours où je déteste constater que je n'ai sans doute pas tort : les loups sont déjà dans la bergerie et ils s'y sentent confiants...
    Il y a des associations pour bien les accueillir ces loups, pour en faire leurs paradis en famille avec leurs louves et louveteau pour bien les engraisser pour qu'ils puissent vous dévorer ensuite ...
    Mais comme nous tirons la sonnette d'alarme depuis des années ,nous sommes traités de raciste . Alors que le mal est fait, maintenant, il est trop tard ...

    Sylvestre Brunaud..


    votre commentaire
  • Révélation sur le Génocide harkis en Algérie Posté par: Pieds Noirs 9A..

    Révélation sur le Génocide harkis en Algérie

     

    Hervé lebideau ancien SDECE

     

    Les 150.000 qui nous restèrent fidèles jusqu’à la mort ne furent pas tués seuls : avec eux furent massacrés toutes leurs familles (ci-joint le témoignage du Commandant (e.r.) A.D., à l’époque sergent du commando 4 du 2ème RPIMa). [« De mémoire, ce n’est pas une harka qui fut désarmée, mais un MAKHZEN. Le commando 4 (ex commando vert du GCP dissous après le putsch d’avril 1961), rattaché au 2ème RPIMa, reçoit pour mission de sécuriser un village (musulman) avec une SAS et un Makhzen. Les supplétifs du Makhzen refusent de rendre les armes, car ils craignent, à juste titre, d’être massacrés. L’intervention est exécutée à la demande du préfet (via le sous-préfet). Il est prévu que nous devons rester sur place le plus longtemps possible, car un fort détachement FLN circule dans le secteur. La mise en place se fait en début de nuit. Environ 3 heures plus tard, vers minuit, nous recevons l’ordre de décrocher et de rejoindre nos véhicules en stand-by quelques km plus loin – Notre BOA est situé sur les plages du Cap AOKAS à environ une douzaine de km. Nous y arrivons rapidement. Le lendemain nous apprenons que l’ordre de repli a été commandé par le préfet (via le sous-préfet) dès que le dernier fusil ait été rendu aux autorités. Dans la nuit dès le départ du dernier para, la horde FLN s’est ruée à l’attaque du village. Hommes, femmes, enfants et vieillards ont été massacrés dans des conditions d’un barbarisme sans nom (soit environ 800 à 850 personnes). »]

    Les Harkis pensionnés par l’armée française étaient, par rapport aux autres musulmans, relativement aisés, et faisaient vivre des familles souvent nombreuses. A raison de 5 ou 6 personnes à charge par pensionné, le massacre de nos anciens frères d’armes et de leurs familles porte sur près d’un millions de personnes.

    Il s’agit d’un génocide idéologique perpétré pour éradiquer de la population algérienne tout souvenir de ceux qui avaient combattu pour le salut de la France en 14-18 et 39-45, tout comme les complices de Pol Pot s’efforceront plus tard d’éliminer tous leurs compatriotes qui avaient été en contact avec la civilisation occidentale.

    Ce génocide n’a pu avoir lieu qu’avec la double complicité des autorités françaises :

    - qui ont donné au FLN les renseignements d’identité nécessaires à l’accomplissement de cette tuerie,

    - qui ont procédé au désarmement de nos 200.000 Harkis pour que les 30.000 terroristes du FLN puissent les massacrer sans risque.

    Le génocide de nos Harkis, c’est 10 fois celui de nos compatriotes juifs pendant l’occupation.

    C’est un crime tout aussi impardonnable et imprescriptible. Nos chefs politiques et militaires du moment finiront inéluctablement par recevoir le jugement qu’ils ont mérité, au tribunal de l’Histoire, tout comme le préfet de police Maurice Papon a finalement dû rendre compte d’avoir apporté son concours à la rafle des Juifs de Bordeaux pendant la guerre.

    J’aurais pu terminer ce témoignage d’indignation à l’encontre de ceux qui, fut-ce par ignorance, se rendent complices des assassins de nos soldats et de leurs familles, en leur faisant remarquer que le choix du 19 mars comme date anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie est aussi scandaleux que ne le serait le 20.08 (date de la rafle du Vel d’Hiv en 1941) pour commémorer la fin de la 2ème guerre mondiale.
    Les jours de deuil (et à plus forte raison les jours de génocide), ça ne se commémore pas par des prises d’armes. Dans aucune civilisation depuis que le monde existe.

    Mais la douleur que je partage aujourd’hui avec les familles de nos soldats et de nos concitoyens de confession judaïque, assassinés parce qu’ils étaient Français, en mars 2012, me conduit au recueillement. Comme nous y a convié un candidat à l’élection présidentielle, ce 21.03 à l’issue de la cérémonie de Montauban « La République s’honore lorsque sait se rassembler contre la barbarie, l’ignominie et le terrorisme ».

    Je souhaite de tout cœur qu’il soit un jour entendu.

    DEFENSE.BLOGS.LAVOIXDUNORD.FR

    votre commentaire
  • Algérie ...Un cadeau offert par Charles De Gaulle ...

    Posté par: Pieds Noirs 9A..

    L’Algérie .Un cadeau offert par Charles De Gaulle au défunt président égyptien Djamel Abdel 

    Le gouverneur de l’émirat de Sharjah (Émirats Arabes-Unis), Cheikh Sultane Ben Mohammed Al Kacimi, est au cœur d’une vive polémique en Algérie. Ses propos ont défrayé la chronique .
    Cet émir a expliqué, en effet, lors d’un point de presse organisée en marge de la 46 ème Foire du livre de Londres que l’indépendance de l’Algérie est un cadeau offert par Charles De Gaulle au défunt président égyptien Djamel Abdel Nasser !

    Information l'émir n'as jamais démenti l'information .


    votre commentaire
  • 1962 : Qu'ils restent en Algérie

    L'AURORE.overblog.fr -:-:-:-:-:-:- par Manuel GOMEZ           Par: Manuel Gomez

    27 juin 1962 : deux navires de guerre espagnols sauvent plus d’un millier d’Oranais.

                Ils attendaient là, assis sur des caisses, entourés de vieilles valises, de ballots, de couffins, quelquefois de petits cadres de bois faits à la main, étouffants dans la chaleur de l’été, espérant un signe, un ordre de dernière minute, quelqu’un qui leur dirait : «embarquez».

                De Gaulle avait donné l’ordre au gouvernement français de ne pas utiliser les navires de guerre pour abréger leur attente et sur son ordre le gouvernement avait refusé l’offre de compagnies de navigation étrangères qui souhaitaient apporter leur aide.

                Il était allé bien plus loin en demandant aux compagnies de navigation, la Transat, la Compagnie de Navigation Mixte et la Société Générale des Transports Maritimes, de réduire le nombre de rotations hebdomadaires (Il y en eu 16 en février, 7 en mars et seulement 3 en avril) afin de ralentir le rapatriement et d’empêcher une arrivée massive de Français d’Algérie.    

                Les vols d’Air France et Air Algérie étaient également réduits de moitié. Cette politique d’abandon, totalement programmée par le chef de l’État, a coûté des centaines de vies humaines.

                Peu lui importait qu’ils soient massacrés sur place, sur les quais.

           Fort heureusement et très courageusement, contre les ordres reçus, les commandants de quelques bateaux acceptèrent beaucoup plus de passagers que la limite maximale autorisée.   Ainsi le «Jean Laborde» des Messageries Maritimes, quittait les quais d’Oran en direction de Marseille avec 1430 passagers au lieu des 420 autorisés.

                Ce fut le cas dans tous les ports d’Algérie avec les «Ville de Bordeaux», «Ville de Tunis», «El Djezair» et surtout le «Kairouan» qui battait tous les records avec plus de 1900 passagers sur une capacité de 1172 places.

                Le « Cambodge » avait lui une capacité de 440 passagers. Alors qu’une fusillade éclatait sur les quais, faisant plusieurs victimes, le capitaine permettait à 1233 personnes d’embarquer.

    **Le mardi 17 juillet 1962, 3400 personnes, qui attendaient sur les quais depuis dix jours, avaient pu enfin embarquer et échapper ainsi à un massacre certain.

                Le «Lafayette» en avait pris 1200 et le «Kairouan» 2200.

                Les commandants et les équipages de ces bateaux ont eu une conduite exemplaire et patriote, contre les ordres du gouvernement et du chef de l’État, et ils ont sauvé des centaines de vies humaines.

                Alors que la France abandonnait à la furie sanguinaire du FLN et de l’ALN des milliers de citoyens français, l’Espagne envoyait plusieurs navires civils et deux navires de guerre pour aider le départ des Oranais. (Il est vrai qu’en 1962 les Martinez, Gomez, Fernandez, Lopez et autres Segura n’étaient que des français…d’origine espagnole. Ce qui n’était pas le cas lorsqu’ils versaient leur sang pour libérer la France lors de la première et la seconde guerre mondiale)

                Le 27 juin, deux navires de guerre espagnols se présentaient à l’entrée du port d’Oran dans le but de transporter le maximum de français d’origine espagnole vers la péninsule ainsi que les derniers partisans de l’OAS.

                Le général Katz, responsable militaire, sur ordre du gouvernement français, leur interdisait de pénétrer dans le port sous le prétexte absurde «que l’on n’avait pas besoin d’eux».

                Ces deux navires de guerre ont récupéré plus d’un millier de personnes qui avaient réussi à se rendre « par leur propre moyen » à la limite des eaux territoriales.

                Des CRS ont voulu monter à bord afin de contrôler les identités mais les capitaines de ces deux navires de guerre leur en ont interdit l’accès : «Vous êtes ici en territoire espagnol.»

                Plusieurs centaines d’oranais n’ont pas eu la chance de quitter leur ville entre ce 27 juin et le 5 juillet 1962 et ils ont été massacrés dans des circonstances abominables.

                L’Algérie française c’était fini, De Gaulle l’avait finalement liquidé mais dans quelles conditions ?

                Voici l’appréciation que l’ancien ministre résidant de l’Algérie, Robert Lacoste, gouverneur général jusqu’au 13 mai 1958 et député socialiste, donc pas très favorable à la colonisation, a porté sur De Gaulle : « De Gaulle a fini la guerre d’Algérie comme un charcutier ».             

                Il estimait donc, à juste titre d’ailleurs, que De Gaulle avait du sang sur les mains.

                C’est en tous les cas l’interprétation que je me fais de sa déclaration.

                Il est vrai qu’il aurait pu tout aussi bien dire : « comme un boucher ».

                Cela aurait été plus approprié !

     http://magoturf.over-blog.com/2017/06/1962-qu-ils-restent-en-algerie.html


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires