• C’est l’histoire de deux mecs plus algériens que français…

    Montebourg-Bedos : c’est l’histoire de deux mecs plus algériens que français…

    Doublepatte et Patachon, vous les connaissez ? Oui, bien sûr !

    Sauf que, là, ces deux rigolos ne sont pas Danois, ils sont Français.

    Bedos et Montebourg, unis dans la campagne présidentielle française, c’est d’un comique qui nous fait hurler de rire.

    Coluche, à sa façon, aurait dit : «  C’est l’histoire de deux mecs, plus Algériens que Français, qui se lancent dans la course à la présidence pour diriger la France. »

    Et il aurait eu raison parce que ces deux mecs, il n’y a aucun doute, c’est une France-algérienne qu’ils souhaitent réaliser.

    Et ils sont connus, pour ça. Ils sont connus, justement, pour leur soutien à l’Algérie plus qu’à la France. Et, donc, aux Algériens vivant en France, plus qu’aux Français bon teint, patriotes, qui souhaitent voir la France demeurer franco-française.

    Ni  l’un ni l’autre ne peut se glorifier d’être Français à part entière. Pas même Français pro Algérie française. Et non ! C’est tout le contraire.

    Le premier, celui qui brigue la plus haute fonction de l’État (quel fou-rire !) ne cache pas qu’il est Arabe et fier de l’être. Il a même précisé aux journalistes algériens que sa mère n’était pas pied-noir ! « Attention, ne confondez pas ! » qu’il a dit. « Ma mère c’est une Arabe, pas une pied-noir ! ».

    C’est pour ça qu’il n’arrête pas de faire des visites dans le pays de sa mère pour rameuter l’électorat des Algériens qui sont devenus Français sans renoncer à leur nationalité algérienne.

    Ce mois de décembre passé, Montebourg a fait une énième fois le voyage sur les traces de son grand-père FLN, en compagnie du Bedos. Oui, celui qui se prend pour un humoriste. Celui qui sait dire, seulement : « la saloooooope ! »  et qui croit nous faire rire.

    Forcément, si Montebourg veut aguicher les Algériens, il lui fallait un représentant de l’ancien colonisateur (c’est nous !), pro algérien, pour faire bonne mesure.

    Vous nous direz qu’il aurait pu choisir BHL ou Arcady ou Macias… Ha non ! Ceux-là sont pro algériens, oui mais… Juifs !  Alors, balancer des Juifs au nez des Algériens c’eût été une faute politique impardonnable.

    Alors, il a choisi celui qui est le moins pied-noir dans la bande qui se mobilise pour les pauvres immigrés, présumés défavorisés, dans notre France résolument raciste selon leurs dires.

    Parce que le Bedos, de pied-noir, il ne lui reste que son lieu de naissance dans une famille espagnole qui a émigré au pays, c’est tout.

    Il a 15 ans quand il arrive, en 1949, à Paris. Or, jusqu’en 1954, les Français d’Algérie vivent, encore, en parfaite harmonie avec les musulmans. Il n’a donc rien connu de notre guerre contre le terrorisme, de nos souffrances ni de l’exode endurés par les Français qui ont été dépatriés.

    Ce sont pourtant ces critères-là qui font d’un Français né et ayant vécu en Algérie, un vrai pied-noir. Un pied-noir pro français, un pied noir patriote, un pied-noir pour qui le drapeau tricolore était sacré et la France, sa mère patrie.

    Les autres sont des pro algériens, ils n’avaient qu’à rester en Algérie, ils auraient obtenu leur nationalité algérienne tout de suite ou en l’espace de trois ans maximum.

    Bedos, lui, quand il a vu débarquer tous ces pauvres hères avec leur baluchon sur l’épaule, il ne s’est pas mobilisé pour leur venir en aide. Il n’a pas parlé d’humanisme, à cette époque-là. Il n’a pas cherché, non plus, à devenir membre de la LDH pour dénoncer les crimes racistes qu’ils avaient endurés.

    Pourtant il n’est plus un gamin. En 1962, il a déjà 28 ans dans les castagnes.

    Non, lui, il voulait devenir un artiste ! C’était la seule chose qui lui importait. Les bombes, les terroristes, les égorgements, les enlèvements, il en a rien à battre, c’est pas son problème.

    Il reconnaît, d’ailleurs, à cette époque : « Moi qui bataille depuis des années pour me défaire de mon accent algérois, je vais être obligé de le reprendre ».

    Parce qu’il a compris, le Bedos, qu’il peut se faire un max de fric en se faisant passer pour le pecnot qui revient du bled. Ça aide. Ça peut faire décoller sa carrière. Quelle opportunité !

    Vous comprenez, un artiste qui se fait des sous, c’est plus payant qu’un humaniste. Et puis, même si c’est en trompant les exilés qui le croient nouvellement arrivé des mêmes départements, parce qu’il dit qu’il est né là-bas avec, en plus, une pointe d’accent, c’est un public qui peut remplir les salles et remplir ses poches.

    Mais, non, Bedos n’est en rien un pied-noir selon NOS critères.

    A 20 ans, il est appelé sous les drapeaux. Comme il ne veut pas aller faire la guerre en Algérie, il entame une grève de la faim (pas moins !) . Il est catégorisé dans les malades mentaux (ce qui n’est pas tout à fait faux) et réformé.

    Un Français ce trou du cul ? Un vrai Français ne refuse pas de se battre pour son pays. Ou alors… Ou alors, il est déjà engagé aux côtés de l’ennemi.

    Le salauauauaud !

    Porteur de valises, ça donne un petit côté résistant de l’ombre et, surtout, ça permet de pas se faire trouer la paillasse.

    En France, ils étaient nombreux, ces gens de gauche, à soutenir les terroristes du FLN. Qu’il en ait fait partie ne nous étonnerait pas.

    Ce doit être pour ça qu’il est si copain avec le Montebourg. Son grand-père ayant rejoint l’armée des terroristes, avec tous les crimes de Français qu’ils ont sur les mains, ça crée des liens, non ?

    L’armée des traîtres.

    Toujours est-il que ce sont ces deux traîtres à la patrie, pro islamiques de surcroît, qui font campagne, aujourd’hui, pour la présidentielle française.

    On aura tout vu avec ces gens de gauche.

    Heureusement, nous sommes bien décidés à ne leur laisser aucune chance de tromper les Français, une fois encore.

    Nous voulons une France bien française, une belle blonde avec des yeux bleus comme elle l’a été depuis la nuit des temps.

    Et puisqu’ils la haïssent tant, ces deux-là, cette belle blonde avec les yeux bleus, montrons-leur qu’ils n’ont rien à faire chez nous.

    Qu’ils repartent en Algérie, le pays de leurs amours. Et qu’ils laissent la France aux Français.

    Danièle Lopez

    https://ripostelaique.com


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :