• Le « Monsieur islam »

    Bernard Godard/RG : le « Monsieur islam » français savait tout d’un Tariq Ramadan « violent et agressif » sexuellement !

    Capture5454654


    Adjugé vendu, les carottes sont cuites. Le grand responsable des renseignements généraux de l’islam de France, Monsieur Bernard Godard, vient de faire une déclaration époustouflante dans une interview sur le journal Marianne dans laquelle il nous explique que tous savaient que Monsieur Tariq Ramadan se faisait amener des filles dans les hôtels qu’il fréquentait après ces conférences, qu’il les invitait à se déshabiller et que lorsqu’elles résistaient, il pouvait devenir violent et agressif !!! Ce monsieur nous explique qu’il n’a pourtant jamais entendu parler de viol ! Faudrait qu’il nous définisse le sens des mots « violent » et « agressif » !

    C’est ainsi, cher lecteur, que sont tenus les prédicateurs de Babylone. Que ces prédicateurs soient musulmans, chrétiens, ou autre… Les services de renseignements savent absolument tout, nous serions même en droit de les soupçonner d’avoir protégé Tariq Ramadan et tant d’autres. Nous pouvons également citer d’autres exemples de ce type, comme cet imam takfiriste marseillais qui aimait les femmes et qui s’était retrouvé dans le journal Actuel. Sans oublier cet autre  imam très influent de la cité phocéenne qui multiplie les enfants naturels à droite et à gauche ainsi que les escroqueries financières. Ne doutez jamais de ce que l’on dit, car nous avons des documents officiels qui le prouvent !


    « Qu’il avait beaucoup de maîtresses, qu’il consultait des sites, que des filles étaient amenées à l’hôtel à la fin de ses conférences, qu’il en invitait à se déshabiller, que certaines résistaient et qu’il pouvait devenir violent et agressif, ça oui. Mais je n’ai jamais entendu parler de viols. J’en suis abasourdi. » dixit Bernard Godard agent des RG.


    Il ajoute n’avoir « jamais entendu parler de viol » et se dit « abasourdi ». Le symbole d’un incroyable aveuglement ? 

    Bernard Godard est un des experts français de l’islam. Entre 1997 et 2014, il a été considéré comme le « Monsieur islam » du ministère de l’Intérieur, conseillant successivement Jean-Louis Debré, Jean-Pierre Chevènement, Nicolas Sarkozy, Brice Hortefeux ou encore Manuel Valls. Il connaissait donc très bien Tariq Ramadan, islamologue suisse, petit-fils du fondateur des Frères musulmans, habitué à masquer son fondamentalisme religieux derrière des discours modernistes, agissant comme un véritable gourou pour de nombreux croyants, et aujourd’hui accusé de viol par plusieurs femmes, notamment deux qui ont porté plainte.

    « Certaines résistaient…»

    Mais le connaissait-il au point de « savoir » ? C’est la question posée par L’Obs ce 31 octobre. Et la réponse de celui qui connaît tout de la montée de l’islamisme radical en France fait peur :

    « Qu’il avait beaucoup de maîtresses, qu’il consultait des sites, que des filles étaient amenées à l’hôtel à la fin de ses conférences, qu’il en invitait à se déshabiller, que certaines résistaient et qu’il pouvait devenir violent et agressif, ça oui. Mais je n’ai jamais entendu parler de viols. J’en suis abasourdi. »

    Peur car, tout dans son énumération, dans cette description de la violence et de l’agressivité du prédicateur lorsqu’il n’obtenait pas ce qu’il voulait d’une femme, est de l’ordre de l’agression sexuelle et pouvait laisser penser que le viol – c’est-à-dire tout acte de pénétration sexuelle commis sur autrui par la violence, contrainte, menace ou surprise – était possible. Voire logique.

    Que Bernard Godard se dise « abasourdi » par les accusations des victimes présumées en dit long sur l’aveuglement, y compris des autorités françaises, sur le personnage Ramadan. Mais aussi, plus généralement, sur l’absence criante de conscience face à ce qui ressemble à des agressions sexuelles avérées. Pourtant, l’expert de l’islam semble bien tout savoir du double jeu opéré par l’islamologue, lui qui prônait le devoir de chasteté le jour pour devenir « un prédicateur obsédé par la sexualité », selon l’expression de notre collaboratrice Caroline Fourest, la nuit.

    Défaut de plaintes

    Bien sûr, aucune femme n’avait porté plainte jusqu’à la semaine passée. Certaines avaient visiblement essayé, à l’image de cette histoire narrée par Caroline Fourest dans nos colonnes :

    « Toutes avaient vécu à peu près la même histoire. Une demande de conseil religieux transformé en relation sexuelle compulsive, parfois consentie, souvent violente et très humiliante, avant de finir en menaces. L’une d’elles avait subi un traitement pouvant faire l’objet d’une plainte. Je l’ai présentée à un juge. Mais Tariq Ramadan lui faisait trop peur. Elle se sentait suivie. Elle était clairement trop fragile pour persévérer.»

    Le journaliste Ian Hamel, auteur du livre La vérité sur Tariq Ramadan : sa famille, ses réseaux, sa stratégie, a également raconté à Marianne qu’une femme, après avoir franchi le pas de la plainte, s’était rétractée « sous la menace ». Mais, disait-il encore, « concernant les viols, rien n’est prouvé. »

    « On ne pouvait pas savoir », répondront donc sans doute les Bernard Godard et […]


    Delphine Legouté – Marianne

    http://www.lelibrepenseur.org/


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :