• Partout ils tuent, mais votre problème c'est la réinsertion !

    Partout ils tuent, mais votre problème c'est la réinsertion !

     Par: Manuel GOMEZ

    N° 49 – DOUCE FRANCE, cher pays de mon enfance, où les ventes d’armes sont interdites !

    On ne vous dit pas tout !

    Créteil (Val de Marne) – Créteil est en train de devenir une zone de non-droit, c’est en tous les cas l’avis de certains élus.

    Le quartier de la Lévrière est exposé à une violence quotidienne. Des règlements de compte se succèdent et si les forces de l’ordre interviennent ce sont des émeutes qui éclatent.

    Les élus, pour une fois, sont presque unanimes.

    Thierry Hebbrecht (Les Républicains), réclame des mesures d’urgence pour assurer enfin la sécurité des Cristoliens et maintenir l’ordre républicain.

    Gaëtan Marzo (Rassemblement National), s’est même rendu sur place et demande, une nouvelle fois, la création d’une police municipale.

    Le maire socialiste de Créteil, Laurent Cathala, qui s’y est toujours opposé, vient d’annoncer l’arrivée d’une police de sécurité du quotidien (c’est tout comme !) et l’extension de la vidéosurveillance.

    La conseillère régionale de La France Insoumise, Yasmine Berzalmat, demande que les moyens humains et l’équipement nécessaire soient fournis aux forces de l’ordre du secteur afin que cette situation intolérable cesse.

    Tous ces élus font appel au préfet du Val de marne pour, enfin, rétablir la sécurité à Créteil et, surtout, dans le quartier de la Lévrière où, rappelons-le, face aux agressions ce sont les riverains, et notamment les « Chinois », qui organisent des patrouilles.

    Pourquoi ne s’adressent-ils pas directement au « sinistre » de l’Intérieur, Gérard Collomb, pour que, tout comme à Grenoble, il demande au voyous, aux délinquants, aux dealers, à la racaille, de bien vouloir « faire un effort », pour soulager les forces de l’ordre !

    Montargis (Loiret) – Alors qu’il était sorti de prison le 10 août, après une incarcération de 19 mois, en liberté conditionnelle avec interdiction de se présenter au domicile de son ex compagne, cet individu âgé de 40 ans, dont le casier judiciaire est rempli d’une vingtaine de condamnations, se précipite le lundi 13 chez son ancienne compagne, la viole et agresse ses enfants, âgés de 6 et 9 ans.

    Il est mis en examen pour viols et violences aggravées et retourne dans sa cellule.

    Paris (20e arrondissement) – Interpellé pour un contrôle d’identité, Parc de Belleville, cet individu sort un couteau et menace le policier, qui n’hésite pas à faire usage de son arme de service et l’atteint à un bras.

    Placé en garde à vue.

    Villevandé (Seine et Marne) – Le chef de la police municipale est violemment agressé, par au moins deux individus, alors qu’il se trouvait dans son jardin, sans uniforme et hors service.

    Les deux individus sont arrivés par derrière, dans son dos, et l’ont roué de coups, avant qu’il ne perde connaissance.

    Transporté à l’hôpital il souffre d’un bras et du nez fracturés.

    Rien n’a été volé dans son domicile.

    Vengeance ou simple agression avant un vol ? Nous le saurons très bientôt puisque le commissariat de Chelles s’est vu confier l’enquête.

    En Espagne, à Saragosse – Dans la matinée du 20 août, A environ 70 km/Heure, une voiture monte sur le trottoir et percute plusieurs personnes puis prend la fuite.

    Trois blessés, un couple marié et un homme de 45 ans, conduits vers les hôpitaux de proximité.

    Le pire a été évité puisque, toute proche, se situait la terrasse d’un bar pleine de clients.

    Le conducteur et son passager ont été arrêtés. Tous deux se trouvaient sous l’effet de la drogue et de l’alcool.

    Lundi 20 août, vers 6 h du matin, un individu armé d’un couteau s’attaque au commissariat de Cornella de Llobregat, une petite ville proche de Barcelone.

    Il s’agit d’un ressortissant algérien, Abdoulahab Tarib (En Espagne les identités et les origines ne sont pas dissimulées !), âgé de 29 ans.

    Il sonne longuement à la sonnette de l’entrée, puis se précipite sur la policière dans l’intention évidente de la tuer, tout en hurlant « Allah Akbar ».

    Elle tire la première et l’abat.

    Dans un premier temps on laisse planer le doute, « Il ne s’agit peut-être pas d’un attentat islamiste ! », mais le commissaire Rafaël Comes, de la police catalane « Les Mossos », est affirmatif : « Il s’agit bien d’un attentat terroriste ! »

    La femme de Tarib, une espagnole prénommée Lucia, est longuement interrogée.

    Elle reconnait avoir épousé Abdoulahab pour qu’il puisse vivre en Espagne et elle affirme qu’il souhaitait mourir pour éviter la honte de son homosexualité, interdite par la religion musulmane.

    Voilà qui est chose faite !

    Tous ces assassinats, ces agressions, cette violence que nous relatons depuis des années aboutissent à quoi ? Je vous le donne en mille ! A des questions que se posent les magistrats (bien sûr) et les avocats (évidemment) des 450 terroristes qui vont être remis en liberté d’ici fin 2019.

    On s’inquiète de savoir quel va être leur comportement dès leur remise en liberté ?

    On estime que les conditions drastiques de leur incarcération risquent, selon eux, de compromettre leur réinsertion.

    Qui peut imaginer une seule seconde que l’un seul de ces terroristes est susceptible de se réinsérer ?

    Même le procureur de la République de Paris, François Molins, y va de sa petite analyse, il s’inquiète de l’impact de la détention sur ces individus condamnés pour un acte terroriste : « On court le risque majeur qui est celui de voir sortir de prison, à l’issue de leur peine (A l’issue de leur peine « réduite », ne l’oublions pas !), des gens qui ne seront pas du tout repentis, qui risquent même d’être plus endurcis par leur séjour en prison. »

    Il paraît, selon magistrats et avocats, « que les effets psychologiques très lourds de l’isolement les poussent à des actes irréfléchis ».

    Rassurez-vous messieurs les magistrats et avocats (des terroristes), il est préférable que ces effets de l’isolement s’appliquent sur 450 terroristes plutôt que sur quelques milliers de radicalisés en plus, qu’ils auraient pu endoctriner…s’ils n’avaient pas été isolés.

    Nous aurons, hélas, l’occasion de constater, au cours des prochaines années, que pas un seul de ces terroristes n’aura eu l’intention de se « réinsérer » lors de sa remise en liberté.

    Magistrats et avocats vous n’en supporterez pas les conséquences, mais les surveillants des prisons, les policiers, les gendarmes et des centaines de citoyens de notre pays, paieront le prix de ces remises en liberté de terroristes jamais repentis !

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :