• Un réfugié ivoirien viole sauvagement trois jeunes Françaises

    Marseille : un réfugié ivoirien viole sauvagement trois jeunes Françaises

    Un réfugié ivoirien viole sauvagement trois jeunes Françaises

    [MINDWAR] MARSEILLE 20/09/2018 – Les policiers de la brigade des mœurs de la sûreté départementale (SD) des Bouches-du-Rhône viennent d’interpeller un adolescent, suspecté d’une série de faits particulièrement graves. Âgé de 16 ans, ce mineur isolé de nationalité ivoirienne a été arrêté, le 11 septembre dernier, à la sortie de son lycée à Marseille. Logé en foyer depuis son arrivée en France il y a quatre ans, il est suspecté d’avoir violé trois femmes sur la voie publique depuis le mois d’avril dernier dans la cité phocéenne. Les enquêteurs de la SD sont parvenus à l’identifier grâce à son empreinte génétique.

    Placé en garde à vue, le suspect a fait valoir son droit au silence. Déféré devant un magistrat, le 13 septembre, il a été mis en examen avant d’être placé en détention provisoire. «  L’interpellation de cet auteur présumé de trois viols était devenue une priorité au regard de la multiplication de ses passages à l’acte, confie une source proche de l’affaire. On sentait qu’il était en train de monter en puissance.  »

    Le premier fait remonte au 24 avril, vers 4 heures du matin dans le 2e arrondissement de Marseille. Une femme de 58 ans est sur le chemin de son travail quand elle est surprise par un inconnu, muni d’un couteau. Ce dernier, qui prend le soin de ne pas montrer son visage, menace la victime puis la viole. Informé de cette agression, le parquet de Marseille saisit les policiers de la sûreté départementale. «  Du matériel génétique a pu être prélevé et envoyé au fichier national automatisé des empreintes génétiques (Fnaeg), poursuit la même source. Mais l’ADN du suspect n’y était pas enregistré.  »

    Le 19 mai dans le 1er arrondissement et le 2 août dans le 13e arrondissement à Marseille, deux autres viols sont commis sur des femmes, dont la plus jeune est âgée de 20 ans, selon un mode opératoire similaire à la première agression. «  Ces deux autres viols ont été commis également de nuit par un homme de petite taille, armé d’un couteau et qui les agressait toujours par-derrière, révèle un proche de l’affaire. Il découpait les vêtements de ses victimes avec son couteau avant de les violer. Tous les services de police de la ville ont été sensibilisés sur la présence de ce violeur en série à Marseille.  »

    Le 10 septembre dernier, les enquêteurs de la SD sont informés que l’ADN prélevé sur les différentes scènes de crime correspond au profil d’un adolescent dont le profil génétique a été enregistré, au début de l’été, dans le Fnaeg. Placé en garde à vue, au mois de juin, dans le cadre d’une affaire de vol par escalade, ce mineur de 16 ans avait fait l’objet d’un prélèvement génétique. Il avait ensuite été remis en liberté, faute d’élément à charge dans cette affaire de vol. «  Un important travail d’enquête de terrain a été mené pour remonter au plus vite sa piste, ajoute la même source. Ce garçon n’a aucune attache familiale en France. Mais il ne s’était jamais signalé à la police jusqu’à présent. Les trois victimes demeurent très choquées.  »

    Source : Le Point


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :