• NOUS ALLONS VERS UNE GUERRE DE RELIGION
    Par Pieds Noirs 9A..
     
     
     
     
    NOUS ALLONS VERS UNE GUERRE DE RELIGION, Donc pour cela faut remettre les pendules à l'heure ...
     
    Monsieur Chirac comme les autres, un pour tous..tous collabos pour détruire un pays, sont pays,et c'est pour cela que l'on dispose des places prioritaire de ministre crachant sur la France comme des journalistes qui ne seront jamais Français qui nous crachent dessus comme exemple Sophia Aram insulte les chrétiens sur France Inter et bien d'autre, et bien évidemment cela ne peut plus fonctionner ...
    Pour les mémoires courtes que je le rappel dont nous avons payée de notre sang.Alors oui, il n'y a pas que monsieur Hollande dans le collimateur , VGD , Mitterand ,Sarkozy ,le grand et généreux De Gaulle qui a favorisé la déchéanche que nous vivons aujourd'hui par les fous de dieu ,Du FLN a Daesch sont les mêmes et de la même famille pour le même combat ..
    Alors oui, il faut le dire ... Quand Jacques Chirac organisa l’invasion algérienne avec 180 000 visas par an. OUI PAR AN mesdames, messieurs.
    Chirac et le « chef des poseurs de bombes du FLN Yacef Saâdi », reportage (France 3) couvrant la visite du président en Algérie en 2003.
    Voyage officiel de M. Jacques Chirac en Algérie du 2 au 4 mars 2003. Conférence de presse (extrait):
    « QUESTION – Monsieur le Président, peut-on revenir s’il vous plaît sur le point 4 de la déclaration d’Alger, qui concerne la circulation des personnes et qui dit que Paris et Alger s’engagent à favoriser la circulation des ressortissants algériens en France et des ressortissants Français en Algérie ? C’est un peu vague. Et, plus concrètement, qu’est-ce que ça signifie sur le nombre de visas et qu’est-ce que ça signifie également pour la communauté des Algériens qui, à l’époque de la guerre d’Algérie, avaient fait le choix de la France quant à leurs désirs de revenir en Algérie ?
    Réponse ;
    LE PRÉSIDENT : Alors, s’agissant des visas, comme vous le savez, pour des raisons liées aux circonstances, nous avions fermé nos consulats, ce qui avait eu pour conséquence de rendre longue et difficile l’attribution des visas. Nous avons déjà depuis un an, un an et demi, beaucoup évolué. Nous sommes en train de remettre en place notre système consulaire en Algérie, comme vous le savez. Nous transférons de Nantes, nous allons transférer de Nantes dans les consulats, ou retourner dans les consulats, les dossiers de demandes de visas, ce qui nous a déjà permis d’augmenter considérablement ce nombre.
    L’Algérie est le pays vers lequel la France, dans le monde, donne le plus de visas, déjà. Ce que nous voulons, c’est mettre en place un système qui nous permette d’être plus rapides, d’être, je dirais, plus confortables pour les demandeurs de visas, notamment en ce qui concerne les démarches qu’ils doivent faire, et de donner davantage de satisfaction par là-même aux Algériens qui veulent se rendre en France. »
    RFI rapportait en mars 2003 :
    « La quatrième orientation de la Déclaration d’Alger concerne la circulation des personnes et c’est sans doute sur ce thème que Jacques Chirac était le plus attendu en Algérie. Parmi les deux cent mille personnes venues l’accueillir, nombreuses étaient en effet celles qui scandaient « visas ! Visas !» , désireuses de quitter un pays miné par le chômage pour ce qu’elles estiment être encore un eldorado. Sur cette question sensible les deux parties se sont certes engagées « à favoriser la circulation des ressortissants algériens en France et des ressortissants Français en Algérie », mais l’attente des Algériens risquent d’être déçue, Paris n’étant visiblement pas prêt à ouvrir ses frontières. Si le nombre de visas délivré par la France en 2002 est en effet de 183 000, soit trois fois plus que pendant les années 90 au plus dur de la guerre civile algérienne, il reste toutefois bien en de ça des 800 000 visas délivrés dans les années 80 par Paris. »
    Et aujourd’hui combien de visas par an ? 300 000 !
    Dans le livre Paris-Alger : une histoire passionnelle parue chez Stock en 2015, on lit :
    « Depuis l’arrivée de la gauche au pouvoir en 2012, le gouvernement a considérablement assoupli sa politique de visas vis-à-vis de l’Algérie. En 2014, la France a distribué quelque 300 000 visas aux Algériens – 23 000 pour les étudiants – dont 40 % sont des visas de circulation, c’est-à-dire de long séjour. Selon une source diplomatique, 75 % des demandes déposées reçoivent une réponse positive. Les mouvements entre les deux rives de la Méditerranée explosent depuis le début de l’année 2014. Le consulat général d’Alger est avec celui de Moscou celui qui délivre le plus de visas Français au monde. »
    Dans un entretien à l’APS, Bernard Émié, ambassadeur de France en Algérie précise :
    “Le nombre de visas a connu une croissance significative avec 210 000 délivrés en 2013. Cette hausse va se poursuivre en 2014 avec probablement plus de 300 000 visas délivrés. 75% des demandes reçoivent une réponse positive dans les trois consulats généraux Français en Algérie”, a déclaré, hier, dans un entretien à l’APS, Bernard Émié, ambassadeur de France en Algérie.

    votre commentaire
  • Liste des enseignants assassinés par le FLN

    Posté par:Pieds Noirs 9A..

    Dans le droit de savoir..

    Liste des enseignants assassinés par le FLN en Algérie ...

     

    Instituteurs et instructeurs des départements d'Algérie
    "Assassinés pour la France : 1954 - 1962"
    Paru sur la revue "Trait d'Union N° 48, décembre 2000 
    Envoyé par M. Gabriel Chaudet

    1954
    MONNEROT Guy, assassiné à Tifefel (Aurès) le 11, novembre 1954

    1956
    DUPUY Paul, de Montpellier est porté disparu le 7 janvier 1956 en Kabylie
    NICOLAÎ Jean-François, assassiné le 11 avril 1956 à Vieux Mila
    Mme PICHELIN du collège de Blida assassinée à la Chiffa en mai 1956.
    NAUDONT Norbert, assassiné à Sidi Bel Abbés le 9 octobre 1956
    PONCELET Pierre-André, professeur de musique, grièvement blessé à ALGER le 27 octobre 1956
    PEREZ Vincent, assassiné à Alger (20 ans) en novembre 1956
    CHAROLLES, instituteur à Messad (Djelfa) assassiné avec sa femme et leur bébé en 56.
    ADDED Jacques, un jeune normalien, tué à Constantine, le 15 décembre 1956

    1957

    HADDID Jacky, 20 ans, assassiné à Constantine en 1957
    Mlle ALCARAZ Lydie, égorgée à Mazouna le 8 mai 1957

    1958
    ARCAMONE Antoine assassiné le 8 février 1958 près de Guelma
    CURTIL Jean, un jeune instituteur de Constantine disparaît en allant visiter les ruines romaines à proximité de la ville le 1 mai 1958
    Mlle SCHNEIDER Nelly, égorgée à Mazouna le 8 mai 1958
    SIROUR, instituteur, est enlevé près de Colomb-Bechar le 30 juin 1956
    Mlle MORAND France, assassinée près de Boufarik le 16 octobre 1958
    TOUX Pierre, directeur, assassiné à Bugeaud le 9 novembre 1958
    BIRAC Bertrand, directeur, assassiné à Blida le 10 novembre 1958
    BARBERIS Bernard, 20 ans, assassiné à Mechtras en 1958
    ADDED Jacques assassiné à Constantine en 1958 (4ème année d'E.N.)

    1959
    Mlle VALLE Antoinette, institutrice à St Cyprien les Attafs assassinée en octobre 1959
    BACRIE Robert, instituteur assassiné en 1959 sur la route d'Aïn-Mokra (Bône)
    Mme FLAMENT, institutrice enlevée à Mirabeau le 1er décembre 1959
    FLAMENT André, assassiné à Bouberak le 1er décembre 1959
    CECCALDI Antoine, assassiné à Blida le 2 décembre 1959
    GAUTIER Francis, directeur, assassiné à Souma le 2 décembre 1959

    1960
    Mme SENU, directrice assassinée à Rochnia le 30 janvier 1960
    DAMPROBE, professeur au C.C. de Mac Mahon, assassiné le 16 juin 1960
    CHOUKROUN Akli, directeur, assassiné à Sidi-Aïch en 1960

    1961
    PIACENTILE Georges, assassiné à Oran le 25 juin 1961
    GROUART DE TOCQUEVILLE Arnaud, instituteur à Kenchela, assassiné le 14/7/61
    BON Pierre, instituteur à Aïn Dakar (Sétif) assassiné le 7 octobre 1961
    BENECH jean, assassiné le 21 octobre 1961 à Oran
    LUCCHINI Antoine, assassiné rue Darwin à Alger le 17 novembre 1961
    TOUX Pierre, directeur, assassiné à Bugeaud en 1961
    VAISSADE, instituteur, Cité Ameziane (Constantine) assassiné en 1961
    CANILLAC Gérard Danielle assassiné à Kherba près d’Affreville en 1961.
    ALEMANY-FERNANDEZ Danielle assassiné à Kherba près d’Affreville en 1961.

    1962
    COURVOISIER, "disparu" à Tlemcen début 1962
    TOUBAL Mahieddine, assassiné à Maison Carrée début 1962
    PALISSIER Armand, instituteur (20 ans) école Gambetta, assassiné le 10/01/62 à Alger
    DIAFFER Mohamed, directeur, assassiné à Birmandréis le 26 janvier 1962
    BEYTOUT Jean-Pierre, assassiné le 3 février 1962 à Kouba
    VIALA Marius, assassiné à Affreville le 19 février 1962
    SEMBACH Marc, instituteur à Constantine, assassiné le 28 février 1962
    ROUSSEAU Jean-Claude, 19 ans, assassiné à Maison Carrée en février 1962
    FALZON Bernard, instructeur assassiné le 11 mars 1962 à Aïn Kerma
    Mme Vve HUGUES René, tuée rue d'Isly à Alger le 26 mars 1962
    LAMENDOUR Gilbert, tué rue d'Isly à Alger le 26 mars 1962
    LURATI Henri, tué rue d’Isly à Alger, le 26 mars 1962
    Mme MESQUIDA Alfred, tuée rue d'Isly Alger le 26 mars 1962
    FIORE Gérard, 18 ans, "disparu" à Jemmapes le 26 avril 1962
    BORDES Lucien, 22 ans, assassiné en mars 1962 à Alger
    EMOURGEON Jean-Pierre, directeur, assassiné à Constantine en mars 1962
    LLINARES Noël, directeur, assassiné à Alger en mars 1962
    GARCIA André, 23 ans, disparu, le 28 avril 1962
    Mme PEREZ Claude, disparue à Inkerman le 4 mai 1962
    RUBIO José, "enlevé" à l'Arba le 17 mai 1962
    GRIMALT jean Claude, "enlevé" à Belcourt Alger, mai 1962
    COURIOL Jean, "disparu" à Rocher Noir le 11 juin 1962
    SINTES Roger, "disparu" à Alger le 23 juin 1962
    Mlle KOHLER Eliane, disparue Clos Salembier Alger, juin 1962
    CINESTE Daniel, "disparu" (!) à Aîn el Turck le 5 juillet 1962, instructeur, 19 ans.
    GARCIA Marcel, "disparu" à Oran le 5 juillet 1962
    PARDO Raymond, "enlevé" à Oran le 5 juillet 1962
    RUBIO Antoine, assassiné à Ain Témouchent le 5 juillet 1962
    ULPAT Marcel de Vialar, assassiné à Oran le 5 juillet 1962
    LESCALIER Guy, "disparu" à Misserghin (Oran) le 6 juillet 1962
    CHILLAUD Claude, "disparu" à Boufarik le 30 juillet 1962
    WOLF Henri, directeur, assassiné à Oued-Fodda en juillet 1962
    BONAMY Gérard, "disparu" à Birkadem le 2 août 1962
    Mme ROBERT, institutrice assassinée à Montgolfier avec ses 2 enfants de 3 et 5 ans le 6 septembre 1962
    PISSIS Henri, "disparu" à Hassi-Messaoud le 11 septembre 1962

    DATES inconnues ?
    BOSSERT, directeur, assassiné à Abbo
    PASQUALINI Marius, assassiné à Maison Carrée
    JOUGOUGNOUX, égorgé près de Bougie


    votre commentaire
  •  Macron dans la cour aux miracles

    Par: sylvestre Brunaud ..

    Macron dans la cour aux miracles

    Macron en Algérie pour un désastre programmé !...

     

    Mesdames ,Mesdemoiselles ,Messieurs ;
    Ils se sont battus pour leur indépendance sur une terre de départements Français , mais depuis ils viennent s'installer en France car chez eux rien ne fonctionne,même les évacuations d'eau ...Et ils nous détestent , ils savent que les Français sont faible ,des agneaux ,que cela sera facile de les foutent dehors comme ils ont fait avec les Français d'Algérie ,ils sont pas la pour rigoler et de l'élève Macron ,ils s’en tapent tous ...

    Ils sont incapables de faire fonctionner leurs hôpitaux et ils viennent se faire soigner chez nous ,ainsi leur président inclus,ils doivent quelques milliards à la sécurité sociale mais ils ne payeront pas ...SI avec une Olive ! ...

    Il faut arrêter avec les visas qui ne servira qu'a renforcer les groupes de quartiers islamique et autres pour nous détruire ,il faut arrêter le regroupement familiale, de cela VGD devrait être jugé ,il faut cesser de les soigner ...
    J'ai constaté que beaucoup avaient un visa de tourisme de trois mois et pendant ces trois mois se faisaient soigner à l’œil les dents,les lunettes ,les prises de sang etc... Ils se foutent de nous , principalement des Français ,car ils ne seront jamais Français .Demain ,ils nous feront la guerre ,et cela sera un grave conflit,car cela je l'ai connu ,vécu et même torturé a l'age de 13 ans , car c'est nous qui payons sans cesse leurs invasions , Macron va continuer à nous détruire comme la fait De Gaulle en Algérie , nous ne devons rien à l'Algérie et aux Algériens . Ils ont pillé tous les biens des Français d'Algérie et non reconstitué ,Ils le feront pareil en France ...
    Ils ont voulu leur indépendance ,qu'ils se débrouille seuls .Ils vont en venir en masse en France pour faire pareil de ce qui ont fait aux Français d'Algérie et aux harkis ...FRANÇAIS JE PLAINS VOS ENFANTS ET PETIT ENFANTS...
    La France est en train de devenir un pays musulmans Islamique ...Macron est un gamin ,sa maîtresse d'école ferait bien de lui donner un sac de billes avec un bob sur la tête pour aller jouer dans la cour aux miracles ...Je vous remercie .Sylvestre Brunaud ..


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Un président divisionniste

    Par:Pieds Noirs 9A..

     

    Algérie 

    Un président divisionniste 

    "Vous voulez que la France devienne pareille !" alors c'est parti déjà d'avance pour le commerce ! .

    « Environ 2000 débits de boissons ont été fermés déjà en 2014 »
    Les chaudes soirées pour le peuple ne sont plus les mêmes, le long de cette Méditerrannée de ce pays. Dans ce charmant port et plage chaude, presque toute l'année, le nombre de débits de boissons n'ont pas rouvert après leurs façons de vivre. Enfin, les serveurs continuent d'utiliser le tire-bouchon dans leurs vestons ou poche dont étant a l'accoutumait. Mais les magasins vendant de l'alcool ferment tôt et les très rares restaurants servant du vin n'en font pas publicités, car cela pourrait un jour leur coûtaient chers ...
    Ne plus servir d'alcool depuis que certaines licences ont été retirées par « un arrêté municipal à tous les restaurants avec terrasse ». Aujourd'hui patron d'un « restaurant familial », il peste contre ces collègues, un peu plus loin, qui continuent de fournir de l'alcool, « grâce à leurs relations » ou « parce qu'ils ont payé ». Dans l'univers ubuesque algérien cohabitent les débits de boissons autorisés et les restaurants, et bars, et ils sont nombreux, dits « clandestins », car ils offrent de l'alcool sans licence. Ici, la carte ne comporte pas de vin, mais le patron peut en proposer. Là, il vous suggère de rejoindre une arrière-salle sombre et enfumée ,la façon "gargote" autrefois ...
    Pour ces dernières années, « environ 2 000 débits de boissons ont été fermés ». Rien que sur Alger, précise-t-il Ali Hamani, le président de l'Apab « 66 points de vente et 74 bars et restaurants » ont arrêté de vendre de l'alcool. « Mais il s'est créé un marché de distribution parallèle et de nombreux bars clandestins.» . Les bars malfamés qui servent de l'alcool n'ont jamais été inquiétés. Mais il est sans doute protégé par quelques clients policiers buvant à la santé de l'alliance entre le FLN et les islamistes. Bien oui de quoi en rire vraiment ...Pieds Noirs 9A..


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique